Fleurissement de la commune

Des efforts ont été faits par la commune et nos concitoyens. Les massifs ont été abondamment fleuris et de belles maisons récompensées. Mais ne nous arrêtons pas en si bon chemin : rassemblons-nous pour aller de l’avant !

[mettre photo]

Pas besoin d’être jardinier professionnel pour être sélectionné au concours communal “maisons et balcons fleuris”. Si vous aimez embellir l’extérieur de votre habitation avec des végétaux, allez-y ! Vous n’avez qu’un balcon... c’est encore plus intéressant de l’embellir ! Vous voulez participer au concours communal et plus largement au verdissement de nos croix, nos lavoirs... à l’entretien de surface en herbe le long des routes, vous le pouvez et nous vous aiderons. Prenez contact avec la mairie.
Nos critères prennent en compte la diversité des végétaux, l’utilisation de vivaces locales, le paillage, la composition avec le terrain et les éléments paysagers (troncs, rochers, murs). Agissez dès maintenant pour mieux vivre demain!

Installer un cône persistant

L’If se taille facilement en cône, en boule ou en pyramide car ses feuilles sont fines. Son feuillage persistant vert foncé se parsème de pousses vert clair. Le buis présente des feuilles plus rondes, mais également plus petites, et il adopte les mêmes formes. Les topiaires sont idéales pour marquer un angle, encadrer un passage ou apporter une touche structurée au jardin tout au long de l’année. Installez de jeunes cônes préformés vendus en conteneurs, en mars-avril, au plus tard en mai. Si vous opérez maintenant, ils vont commencer à s’enraciner avec les pluies printanières. Arrosez-les souvent au cours de l’été.

Jardiner bio, est-ce possible?

Le jardinier amateur emploie rarement le terme bio, il parle plutôt de jardin naturel. La mention AB qui répond à des normes strictes est réservée aux  professionnels. Faire du Bio nécessite une bonne connaissance des cultures et de l’écosystème sur lequel on s’appuie pour organiser la défense de sa  production. Mais rien n’empêche le jardinier amateur de tendre vers les principes de base de l’agriculture biologique.
Depuis cette année, le maraîcher est obligé d’utiliser de la semence bio ou non traitée après récolte. La vie souterraine (vers de terre, bactéries, champignons...) participe à l’équilibre et à la fertilité du sol. Pour stimuler cette activité, l’agriculture bio utilise des amendements naturels (compost, engrais vert et engrais organique). Une rotation des cultures est à prévoir afin d’éviter l’épuisement des sols. Les pesticides et engrais chimiques sont à bannir. Le jardinier amateur n’a pas vocation à vendre ses produits, il n’est donc pas soumis aux contrôles et sa production n’est pas labellisée.

En revanche, il peut faire de son jardin un espace le plus naturel possible. Plus il aura de connaissances sur son milieu, plus il pourra agir en amont et abandonner l’utilisation des produits de synthèse. L’approche du jardinage est un peu différente : fertilisant naturel, rotation des cultures, associations, purins, et pourquoi pas jardinage avec la lune. Ces pratiques lui permettront de respecter davantage la plante, la terre, mais aussi sa santé, tout en cultivant son goût des bonnes choses.


Cécile Pellet Vernay
Conseillère municipale chargée du fleurissement de la commune