Enquête du BRGM

Le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), service géologique national, a été chargé par le ministère de l’Écologie, du Développement et de l’Aménagement Durables de réaliser une étude sur les « mouvements de terrain différentiels consécutifs à la sécheresse et à la réhydratation des sols. »

Certains types de sol contenant des argiles subissent des variations de volume en fonction de leur teneur en eau.

En cas de sécheresse, ils se rétractent ; et quand ils se réhydratent, ils gonflent. Ces mouvements de sol entraînent des désordres sur les bâtiments (fissuration des structures, distorsion des ouvertures, décollement de bâtiments annexes, rupture de canalisations, etc.…)

Ce phénomène est pris en compte depuis 1989 au titre de la loi sur l’indemnisation des catastrophes naturelles.

Depuis cette date, plus de 7000 communes françaises ont été reconnues au moins une fois en état de catastrophe naturelle pour ce phénomène.

Cette étude est totalement indépendante des éventuelles procédures passées ou en cours de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle « sécheresse ». Elle nécessite de recueillir des informations concernant les sinistres dus à ce phénomène (et pas seulement durant l’été 2003). Le but est de cartographier les zones les plus sensibles au phénomène, afin de mener une politique de prévention vis à vis de ce risque pour les futures constructions. En effet, des règles constructives simples et peu coûteuses permettent de limiter les désordres, sans nécessiter de restrictions quant à la constructibilité des terrains concernés.

Le résultat de cette étude a été publiée en mai 2013 et classe la commune de Four en zone B2 - zone faiblement à moyennement exposée.

 Plus d'informations sur le site de la Préfecture.