La Zone d'Activité Concertée (ZAC)

La partie Sud de la ZAC située entre la Grande Rue et la rue du Moulin comprend différents postes que nous allons passer brièvement en revue : l’immobilier, les accès, le réseau incendie, le réseau d’eaux pluviales et l’aménagement paysager.

Le programme immobilier

Les maisons individuelles du lot A ont pu être livrées à temps pour que certaines familles puissent scolariser leurs enfants, dès la rentrée à l’école du village. Par contre les immeubles des lots B et C ont pris du retard dans leurs finitions internes par rapport aux prévisions du promoteur. La crise économique et le durcissement des conditions d’attribution de crédits ont restreint le nombre de clients potentiels. La mise en place du “Pass-Foncier” a toutefois permis de débloquer partiellement la situation pour 8 futurs acquéreurs.


Immeubles du lot B

Les accès

Pour la rue du Pré de la Cour et l’impasse de la Forge, les trottoirs sont actuellement en cours de finition, à l’heure où nous écrivons ces lignes. Le revêtement des voies de circulation devrait intervenir par la suite, si le temps le permet, car ces deux chantiers ne peuvent se dérouler simultanément. L’éclairage qui va de pair avec cet aménagement, était sur le point d’être opérationnel quand est intervenu le vol des câbles électriques déjà posés entre les poteaux.

Rue du Pré de la Cour

Le réseau incendie

A notre demande, il a été testé conjointement par la SEMIDAO et les pompiers de Four dont nous attendons l’avis sur la validité, ainsi que les dispositions à prendre pour pallier ses éventuelles insuffisances. A cet égard, nous avons confirmation que l’actuelle “Boutasse” (trou d’eau créé il y a plus de 10 ans) n’est plus utilisable en raison de son accessibilité réduite et de son approvisionnement en eau qui est défaillant depuis octobre 2007.

Le réseau d’eaux pluviales

Il n’est opérationnel que grâce à deux tranchées provisoires d’évacuation qui ont été creusées dans l’attente du bassin de rétention initialement prévu. L’étude de ce bassin a été faite tardivement (en septembre dernier) alors que la loi sur l’eau et l’enquête publique (fin 2005) posaient comme condition qu’il soit opérationnel avant le fin du programme immobilier ! Il faut encore attendre que la CAPI vote le budget pour que les travaux
soient entrepris dans le second trimestre 2010 selon toute probabilité.

L’aménagement paysager

Ce poste comprend plusieurs volets :

  • D’une part, certaines remarques faites au cours de la réception partielle (en mai 2008) ne sont encore pas prises en compte.
  • D’autre part, les chemins piétonniers ne peuvent être entrepris tant que subsisteront les tranchées provisoires d’eaux pluviales qui sont sur leurs tracés.
  • Enfin, l’espace vert qui jouxte le Galoubier ne peut s’envisager qu’après exécution de la risberne. Celle-ci ayant pour but de favoriser l’expansion d’une crue par abaissement du niveau des terres en rive gauche.

Cet aménagement doit s’accompagner d’un nouveau tracé du ruisseau dans la partie amont (coté Grande Rue). En effet, si le déversoir d’orage a bien rempli son office en évitant l’inondation vers la Grande Rue, son trajet souterrain sur 50 mètres s’est engravé au fil des ans, sans qu’il soit possible de le curer convenablement.

Cet aménagement doit s’accompagner d’un nouveau tracé du ruisseau dans la partie amont (coté Grande Rue). En effet, si le déversoir d’orage a bien rempli son office en évitant l’inondation vers la Grande Rue, son trajet souterrain sur 50 mètres s’est engravé au fil des ans, sans qu’il soit possible de le curer convenablement. Passage du Galoubier sous la rue du Moulin Aussi les préconisations de la MISE (Mission Inter Service sur l’Eau) en présence des parties prenantes (Commune - EPANI - CAPI) sont les suivantes : - Suppression de la partie souterraine du tracé au profit d’une résurgence à l’air libre dès le franchissement de la Grande Rue. - D’où un nouveau tracé du ruisseau dans cette portion avant de rejoindre l’existant. - Ceci s’accompagne d’un recalibrage à l’instar de ce qui a été fait en aval ; mais en privilégiant les berges inclinées et végétalisées (plutôt que les enrochements). - Le tout visant à obtenir un profil en long le plus constant possible entre la Grande Rue et la rue du Moulin (plutôt que de nombreux paliers successifs).


Aussi les préconisations de la MISE (Mission Inter Service sur l’Eau) en présence des parties prenantes (Commune - EPANI - CAPI) sont les suivantes :

  • Suppression de la partie souterraine du tracé au profit d’une résurgence à l’air libre dès le franchissement de la Grande Rue.
  • D’où un nouveau tracé du ruisseau dans cette portion avant de rejoindre l’existant.
  • Ceci s’accompagne d’un recalibrage à l’instar de ce qui a été fait en aval ; mais en privilégiant les berges inclinées et végétalisées (plutôt que les enrochements).
  • Le tout visant à obtenir un profil en long le plus constant possible entre la Grande Rue et la rue du Moulin (plutôt que de nombreux paliers successifs).