Connaissances sur la biodiversité de Four

Arbres têtards

L'arbre "têtard" ou l'arbre "paysan"
 

 L'arbre têtard est un arbre cultivé, faconné, choyé par la main de l'homme. Chataignier_ruisseau_du_loup

La conduite de ces arbres consiste à réaliser un étêtage régulier de façon à favoriser le développement des repousses supérieures sur la section de coupe. On peut supposer que cette technique a vue le jour au Néolithique, mais une chose est sure, elle c'est généralisé au Moyen-âge. Les paysans qui travaillaient les terres ne pouvaient pas abattre les arbres, propriétés des seigneurs. En revanche, ils bénéficiaient du droit d'émondage : tous les 5, 7 ou 9 ans, les paysans avaient le droit de couper les branches pour en retirer fagots, perches et bûches mais aussi pour utiliser les feuilles comme fourrage pour le bétail. Cette technique s'est ensuite perfectionnée, avant d'être normalisée et de connaître son apogée entre le 19ème et le 20ème siècle, pour être quasi-totalement oubliée aujourd'hui.

 

Une morphologie particulière

Véritable sculture vivante souvent discrète dans le paysage, l'arbre têtard est pourtant bien présent, à la ville comme à la campagne : isolé, en petit groupe, en verger, dans les haies, en alignement, le long d'une route ou d'un chemin, au bord d'un canal ou d'un ruisseau, en ville, en plein champ ou même en forêt.

dessin_arbre_tetard

 saule_montgelin_3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un arbre autrefois indispensable

Afin de préserver sur le long terme la vie de leurs arbres, les paysans les conduisaient en "têtard". Cette technique, leur permettait alors de prélever régulièrement du bois (houppier) sans épuiser la ressource. Ce bois était utilisé au quotidien, pour se chauffer, cuire les aliments, fabriquer des outils et divers ustensiles, tresser des paniers,etc. Il permettait également de séparer les parcelles agricole, de tresser des clôtures (plessage), et de fournir du fourrage d'appoint pour le bétail. Une autre pratique est encore visible sur la commune de Four. Elle consiste à planter des saules osiers aux extrémités d'une parcelle de vignes, leurs branches, souples et fines permettent d'attacher les rameaux au fil porteur.

On pratiquait ainsi différentes tailles selon l'essence de l'arbre, son implantation géographique et la destination du bois récolté :ragosse

Le têtard : le têtard présente une grosse tête formé par les cicatrisations successives au même niveau. La hauteur de coupe varie généralement de 2 à 3 mètres, elle était définie par la taille des animaux qui pâturaient en dessous pour qu'ils ne puissent pas atteindre les jeunes rejets. En ville, la taille têtard permet de pouvoir planter des arbres à proximité des bâtiments et au bord des routes.

La ragosse :  la taille en ragosse consiste en l'élagage des branches latérales au ras du tronc. Les branches récoltés étaient utilises en fagots puis à mâturité, le fût servait à du bois d'oeuvre.

Le candélabre : les plus fameux candélabres sont les hêtres de la forêt d'Iraty au Pays Basque, autrefois utilisés pour la production de charbon de bois pour les fonderies d'acier et comme bois d'oeuvre pour la construction navale.

Les têtes de chat : cette taille est utilisé surtout en milieu urbain et dans les parcs et jardins et permet de contenir le volume de l'arbre.

 

tetardcandelabretetes_de_chat

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Usages d'aujourd'hui et de demain

Petite économie verte d'antan, l'arbre têtard offre encore aujourd'hui de multiples usages.

Bois d'oeuvre : charpente et ébénisterie;

Bois de chauffage : bûches et bois plaquettes;

Apport fourrager : l'orme, le frêne et le mûrier blanc sont des arbres réputés pour la qualité nutritionnelle de leur fourrage. Dans un contexte de changement climatique et de sécheresses annoncées, cette pratique plus ou moins abandonnée, risque de retrouver toute son utilité;rosalie_des_alpes

Réservoir de biodiversité :  En vieillissant, les arbres taillés en têtards se creusent. La partie centrale se dégrade alors que la partie périphérique continue de se développer. Ils se forme alors de nombreuses cavités et fissures qui sont autant de lieux de vie attractifs pour une faune et une flore variées, tels que l'écureuil, la mésange, la sittelle, la hulotte pour la faune, et la fougère, le lierre, le géranium herbe à Robert, la douce amère pour la flore. Ces arbres sont à la fois auberge et jardin suspendu.

saule_cavitesittelle

 

 

 

 

 

 

Créer et entretenir un arbre têtard 

La taille de formationdessin_taille

La taille d'un arbre en "têtard" s'effectue plusieurs années après la plantation, ou dès que le diamètre du tronc atteint 5 à 10 cm. L'étêtage est réalisé à la hauteur voulue (A). La coupe de la tige principale doit être nette pour que la reprise se fasse bien en couronne autour de la section, puis retirez toutez les branches (A). Au printemps suivant , des rejets vont pousser sur le tronc de l'arbre (B), enlevez-les l'hiver venu à l'exception des 20 derniers centimètres où l'on sélectionnera  4 à 6 des plus beaux rejets (C). Cette opération pourra se répéter les premières années si une repousse de gourmands se fait sur le corps de l'arbre.  Les autres étêtages pourront se faire tous les 3 à 4 ans pour bien former la tête de l'arbre (D).

La taille d'entretien

Après la formation de la "tête", l'entretien d'un arbre têtard est réalisé à intervalle régulier. Le rythme de la taille est très variable, de 1 à 20 ans selon l'essence de l'arbre, le terrain sur lequel il pousse et la taille_trognedestination du bois récolté. Il faut veiller a toujours couper au même endroit pour ne pas perturber l'arbre et détruire les réserves accumulées dans la tête. Comme toute taille sévère d'un arbre, l'exploitation du têtard est réalisée préférentiellement entre la mi-novembre et la mi-mars, la sève et les réserves sont descendues dans les racines. Sauf s'il s'agit de récolter du fourrage! Il est important de couper les branches au-dessus du bourrelet cicatriciel pour éviter toute fragilisation de l'arbre et l'apparition de maladies liées à la colonisation par les parasites.

 

Afin d'en apprendre d'avantage sur ces arbres, la mairie de Four organise dans le cadre de l'atlas de la biodiversité, une sortie nature sur le thème des arbres "têtards". Anaïs Poinard, chargée de projets environnement, viendra nous conter leur histoire le mercredi 22 mai. Le rendez-vous est fixé pour 14h00 devant la mairie Pour plus de renseignements, contactez-nous en mairie, par téléphone au 04 74 92 70 80 ou bien par mail à l'adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .